No et moi

Publié le par djule

genere-miniature.aspx-copie-1.gif

 

Un autre roman destiné aux élèves de mon amie (ils en auront lu des livres ces petits !) : No et moi de Delphine de Vigan.

 

Plus court, plus grave, plus réaliste, il plaira, je pense, plus aux jeunes filles qu’aux adolescents qui préféreront sans doute la figure du repenti de Malavita.

 

Ce roman est une belle histoire d’amour et d’amitié qui traite avec tendresse et délicatesse de choses graves telles que la mort d’un nouveau-né, la solitude des adolescents et la vie de SDF d’une jeune fille.

 

Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé ce livre car cela ne rendrait pas justice à la plume de l’auteur que je trouve intéressante et efficace. En revanche, si j’ai plongé avec délice dans le livre dans les premiers chapitres, mon intérêt s’est peu à peu essoufflé pour être même déçu dans les dernières pages.

 

Choisissant une narratrice de 13 ans (surdouée tout de même !), Delphine de Vigan se donne une narration naïve et idéaliste propre à tant d’adolescent(e)s. C’est sans doute l’une des raisons pour laquelle je suis restée insensible à l’histoire de No, de Lou et de Lucas.

 

Le roman a tout de même reçu le prix des libraires et la critique est unanime à son sujet.

Suis-je passé à côté de l’histoire de ces trois adolescents ?

N’ai-je pas envie de croire aux contes de fées modernes ?

Je ne sais pas. Toujours est-il que si je ne regrette pas la lecture de ce roman, nul doute que je l’oublie doucement mais inexorablement.

 

Pour ceux qui veulent lire d’autres avis (plus positifs), le site Hachette propose un florilège de critique à cette adresse

Publié dans Chez les Franchies

Commenter cet article