La tête en friche

Publié le par djule

8058.jpg

 

Quelle est la meilleure façon d’éviter la déprime du dimanche soir nuageux ? Un petit ciné bien sûr ! Et c’est encore mieux quand c’est le dernier film de Jean Becker, réalisateur de petits trésors comme Les Enfants du marais, Effroyables jardins, Dialogues avec mon jardinier ou encore mon coup de cœur de l’année dernière, Deux jours à tuer.

 

La Tête en friche, porté par le duo Gérard Depardieu/Gisèle Casadesus, est une adaptation d’un roman de Marie-Sabine Roger.

 

C’est l’histoire de Germain, un géant balourd presque analphabète qui vit de petits boulots et de ses légumes du jardins, entouré d’amis de comptoir attendrissant et d’une petite amie improbable, envahi par une mère qui lui pourri la vie quotidiennement depuis sa naissance.

Cette vie faite de petits riens et de grands moments de solitude prend un nouveau sens quand Germain rencontre Margueritte (avec deux t), une mamie toute menue qui vient s’évader de sa maison de retraite par la lecture dans le parc municipal.

La rencontre de ces deux univers donne naissance à une amitié atypique qui se construit autour de la lecture partagée de romans tels que La Peste de Camus ou encore Le Vieux qui lisait des romans d’amour de Sépulcral. Peu à peu le rude Germain s’ouvre à sa nouvelle amie et évoque avec pudeur son enfance aux côtés d’une mère marâtre et d’un professeur moqueur.

 

On retrouve le style de Becker dans ce film : la poésie du quotidien, les dialogues simples mais émouvants, la nostalgie d’une certaine France un peu désuète. L’émotion se distille à fleur de peau à travers les sourires amusés des frasques de Germain.

 

Le film est également un hymne à la lecture qui permet de voyager et de partager depuis un bac public. La magie des mots agit dans la « tête en friche » de Germain qui se révèle être un merveilleux lecteur, le meilleur, celui qui laisse les mots l’envahir et leur donne toute leur mesure.

 

Jean Becker n’avait pas besoin de me convaincre. Certains lui reproche son côté un peu populaire, consensuel. Je pense au contraire qu’il est difficile, dans le cinéma actuel, de faire consensus autour d’un film simple et sans prétention ayant pour sujet le plaisir de la lecture. Gisèle Casadesus, qui était déjà merveilleuse dans Les Enfants du marais, incarne avec gourmandise et un bonheur non dissimulé une Margueritte pétillante qui perçoit avec justesse le mal-être de Germain.

Gérard Depardieu que j’ai vu dernièrement dans Mammouth incarne donc à nouveau un personnage un peu simple d’esprit mais en ajoutant une touche de tendresse et d’émotion qui manquait au film de Gustave Kervern et de Benoît Delépine.

 

Un nouveau coup de cœur pour ce film de Jean Becker……

Commenter cet article

lasardine (la ronde des post-it) 17/06/2010 13:30


un coup de coeur pour moi aussi, malgré mes craintes au départ (adaptation, Depardieu etc...)


Liline 10/06/2010 00:51


je regardais justement ce qu'il y a à l'affiche en ce moment et le titre de ce film m'a donné envie... si je puis dire... dommage que tu l'aies déjà vu!!! bel article!


djule 10/06/2010 22:45



Attends j'en ai plein en stock des films qui me disent!


Mais c'est vrai que celui-la est un joli morceau de cinéma.



Petite Fleur 07/06/2010 20:09


Basé sur un livre que j'ai tout simplement a-do-ré ! Je ne suis pas une fan de Depardieu, mais je compte bien aller le voir.


djule 07/06/2010 22:23



Je ne connaissais ni le livre ni l'auteur mais je pense que je vais me laisser tenter par une petite lecture!